fbpx

La règle d’or pour tenir ses habitudes dans le temps SANS avoir à se forcer ou se faire violence

Tu préfères l’écouter sur Apple Podcasts ? Clique ici.

Tu préfères l’écouter sur Spotify ?  Clique ici

Tu préfères l’écouter sur Deezer ? Clique ici.

Version texte de l’épisode

Il y a pas mal de choses que j’aime chez ma mère.

Ma mère est quelqu’un de vraiment très old school.

Par exemple, quand elle veut t’expliquer un point, elle aime démarrer avec quelque chose qui semble ne pas trop en lien avec le point en question. Elle utilise beaucoup de métaphores et surtout de vieux dictons.

(Tu noteras que j’ai pris ça inconsciemment chez elle).

Je me rappelle d’un dicton qu’elle aime bien utiliser : “Même si tu n’aimes pas le lièvre, il faut reconnaître quand même qu’il court vite”.

C’est sa façon poétique de dire que “Dans la vie tu peux apprendre de tout le monde. Faut pas être con non plus”.

Tu peux apprendre, même des gens avec qui tu n’es pas toujours d’accord ou que tu n’apprécies pas forcément.

Même ceux que tu n’apprécies pas ont des qualités et font des choses que tu peux réutiliser/imiter.

Par exemple, je me considère comme quelqu’un d’apolitique. Je ne suis ni de droite, ni de gauche, ni du centre, ni de l’est ou de l’ouest.

Je n’ai jamais voté pour qui que ce soit. Je ne compte jamais le faire et si un de mes enfants s’amuse à le faire, je vais le rayer de mon futur testament. (Rires).

«Attends ! T’es sérieux là Toütep ?»

Bon, je rigole, je n’irai pas jusque là quand même. Je respecte les lois et les institutions qui sont en place, mais je reste apolitique et fier de l’être. 

Et non, je ne suis pas non plus un #GiletJaune (je te vois venir). Même si je comprends le combat de ces derniers. À un moment quand tu te as le doux sentiment de te faire trop enculer, tu dis merde quoi. Je les comprends. 

Et si on est honnête avec soi-même, on remarquera que dans l’histoire, tous les droits qu’on prend pour acquis aujourd’hui ont été acquis à travers des combats. (La Révolution française en 1789, les droits civiques aux États-Unis, L’Apartheid en Afrique du Sud, la fin de l’esclavage, le mariage pour tous, le droit des femmes, etc.)

Je ne suis pas un gilet jaune. Je ne cautionne pas les dégâts qu’ils causent. Mais je comprends les cousins. Et mes principes m’obligent à ne pas les juger. Je n’ai jamais vécu une seconde dans leur peau.

Voilà, on peut revenir à notre sujet du jour : les habitudes.

Même si je suis apolitique, je reconnais que le lièvre court très vite. Je reconnais que les gouvernements savent s’y prendre pour faire adopter des habitudes à toute une population. 

Par exemple, regardons de plus près ta fiche de paie

Si tu travailles ou as déjà travaillé dans ta vie, tu as pu constater comme moi qu’il y a une différence entre ton salaire BRUT et ton salaire NET.

Cela s’explique par le fait que le gouvernement fait en sorte qu’une partie de nos revenus soit prélevée automatiquement pour préparer nos retraites, payer les fonctionnaires (professeurs, policiers, et lui-même aussi.)

On en a l’habitude tellement aujourd’hui qu’on n’arrive plus à voir le génie dans cette pratique.

Les gouvernements ne sont pas arrivés à cette conclusion par hasard. Cette pratique repose sur la règle d’or pour faire tenir n’importe quelle habitude dans le temps SANS avoir à se forcer.

(Je vais parler en détail de cette règle d’or dans quelques minutes).

Mais essayons de comprendre toi et moi pourquoi les gouvernements préfèrent opérer de cette façon.

En 1957…

…un historien du nom de Cyril Parkinson a fait une découverte assez particulière en observant des employés d’une entreprise travailler. Il a d’abord publié ses recherches dans la revue The Economist.

Sa découverte est connue sous le nom de la loi de Parkinson. En gros cette loi stipule ceci : “Tout travail au sein d’une administration augmente jusqu’à occuper entièrement le temps qui lui est affecté”.

Autrement dit, il a constaté que si on dit à quelqu’un de faire un travail en deux heures, il le fera en général en deux heures. Même si le travail pouvait être fait en 30 min.

Mais voici ce qui est encore plus intéressant. La loi de Parkinson ne s’applique pas qu’à notre temps, mais aussi à notre argent…

Si quelqu’un gagne 2000 euros, il va inconsciemment se créer un lifestyle de 2000 euros (voire plus). S’il gagne 800 euros, il va réussir à se créer un style de vie à 800 euros.

Regarde, quand tu étais étudiant, tu arrivais à payer un loyer, aller en vacances, t’acheter des fringues avec moins que ce que tu gagnes aujourd’hui. Tu te triturais les méninges pour trouver toutes les solutions possibles pour y arriver. Et ce qui est dingue, c’est que tu y arrivais quand même. N’est-ce pas ?

La loi de Parkinson peut se transposer même aussi à l’argent.

Et les gouvernements savent cela. Ils savent que s’ils laissent les citoyens mettre de côté eux-mêmes pour leur retraite, la plupart vont arriver à l’âge de la retraite avec quasiment rien du tout de côté.

On peut ne pas aimer le lièvre, mais il faut reconnaître qu’il court vite.

Pareil, pour les salaires des fonctionnaires, si on laissait le choix aux citoyens de faire des dons pour qu’on puisse construire des routes, des hôpitaux et payer toutes les personnes de la fonction publique, la plupart des citoyens ne contribueraient pas à cela, même s’ils reconnaissent l’utilité de ces services et des gens qui y travaillent.

Si tu as un doute, regarde la quantité de personnes qui crient au scandale pour la faim dans le monde, les sans-abri ou toutes les autres causes et regarde la quantité de personnes qui font vraiment des dons pour ces causes.

Le gap est énorme.

Un exemple vivant : La Cathédrale Notre Dame de Paris. Comme presque tout le monde, j’ai été scandalisé par cet incident. D’ailleurs je passais à côté au moment où ça brûlait.

Par contre, je n’ai pas compris ceux qui ont été scandalisés par tous les dons qui ont suivi. Un de mes amis qui bosse dans la finance a crié au scandale quand il a vu tous les dons qui ont été récoltés.

“Et la faim dans le monde ?”

“Et nos sans-abri ?”

Ma réponse ? “Mec ne fais pas genre. Tu ne donnes même pas un centime pour toutes ces causes alors qu’on sait tous les deux que tu gagnes très bien ta vie”.

Où est-ce que je veux venir ?

Les gouvernements ont compris la règle d’or pour faire tenir n’importe quelle habitude facilement dans le temps.

Et voici cette règle d’or….

Pour qu’un comportement se reproduise de façon constante, il faut s’assurer qu’il soit PRATIQUE et fasse le moins POSSIBLE appel à la volonté du sujet.

Il ne faut jamais compter que sur la volonté ou sur les bonnes intentions d’une personne pour qu’elle produise un comportement de façon constante.

Nous ne sommes pas des êtres à 100 % rationnels.

Même le gars qui fait du développement personnel depuis 48 ans et qui pense qu’il a tout compris et qui trouve que les autres sont des moutons.

Oui ! Même ce gars, si on regarde en détail dans sa vie, on verra que la majorité des choix qu’il fait ne repose pas sur la raison.

Nous ne sommes pas des êtres à 100 % rationnels.

Et c’est là, où notre système éducatif a lourdement pêché. Il nous a appris tout. On connaît tout sur l’anatomie d’une grenouille. On connaît toutes les grandes étoiles du système solaire.

Mais on ne nous a presque rien appris sur nous et sur comment on fonctionne.

On a la tête remplie d’infos qu’un enfant de 8 ans pourrait savoir juste en faisant une recherche Google. Tu vois ? Ce n’est pas “rationnel”. Mais on continue de le faire.

Voici pourquoi tu peux voir beaucoup d’adultes diplômés et très performants dans leur job de tous les jours.

Mais qui éprouvent beaucoup de difficultés dans plein de domaines importants de la vie : leur finance personnelle, leur organisation, leurs habitudes, les relations avec les autres, l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, etc.

La plupart des gens connaissent les bienfaits d’épargner. Combien de personnes le font aujourd’hui régulièrement ?

Si on nous donne la responsabilité de mettre de côté pour notre retraite, la plupart d’entre nous vont arriver à l’âge de la retraite et se retrouver sans rien de côté. (Même s’ils savent que c’est pour leur propre bien). C’est garanti.

Et tout cela à cause de la Loi de Parkinson : si tu donnes 2000 euros à quelqu’un pour vivre, il va se créer des dépenses à hauteur de 2000 euros (voire parfois plus). Il ira jusqu’à se créer des besoins qu’il n’avait pas avant.

Tout comme quand tu dis à un élève qu’il a 6 mois pour préparer un examen, il va vraiment mettre 6 mois pour se préparer quitte à attendre la dernière minute pour s’y mettre.

(Je plaide coupable. J’ai eu mon bac de cette façon. Ce n’est que lors des 4 dernières semaines que je me suis mis à fond.)

C’est pareil avec l’argent. En vertu de la Loi de Parkinson, notre cerveau va commencer à inventer des besoins et des désirs qu’ils n’avaient pas avant jusqu’à nous créer des dépenses de 2000 euros.

Si tu veux qu’un comportement se reproduise de façon constante, il faut s’inspirer des gouvernements.

Il faut faire en sorte que ça soit le plus PRATIQUE possible et que cela fasse le moins possible appel à ta volonté.

(On va voir quelques exemples à la fin. No Worries).

C’est plus pratique de mettre de côté pour nous, pour notre retraite que de nous laisser le faire. On n’a pas à s’en soucier. Une partie est prélevée directement avant qu’on touche notre salaire. Ce qui ne nous laisse aucune excuse pour ne pas le faire.

C’est plus pratique de déduire de nos salaires l’argent pour construire et entretenir les biens publics par exemple que de faire des campagnes de sensibilisations pour inciter les gens à faire des dons. Ça nous évite de nous poser la question : “Ce mois-ci je fais un don ou non ? ”

Si tu veux qu’un comportement se reproduise de façon constante, il faut reconnaître que le lièvre court vite même si on ne l’aime pas. Il faut s’inspirer des gouvernements.

Autrement dit, il faut faire en sorte que ce comportement soit le plus pratique possible et fasse le moins possible appel à ta volonté.

Voyons comment appliquer cette règle d’or à quelques habitudes qu’on essaie de mettre en place.

Mettre de l’argent régulièrement de côté SANS y toucher

Il existe plusieurs solutions. La bonne vieille tirelire ou mettre encore l’argent sous son matelas.

Ou mettre de l’argent manuellement sur ton livret A. (C’est ce que la plupart des gens font et c’est une erreur voici pourquoi).

Ces solutions semblent logiques et pratiques au premier abord, mais elles ont une grosse faille. L’argent reste disponible et facilement à ta portée. Tu as en plus des chances de te trouver des raisons de ne pas le faire.

Aux moindres imprévus, tu vas aller taper dans ces économies. À la moindre fièvre de shopping ou dès que tu entendras “SOLDES”, tu vas réussir à t’autoconvaincre que tu as besoin de faire cet achat et ensuite culpabiliser quelques jours après. (Rassure-toi j’ai fait ça aussi. On est capable de devenir très persuasif avec nous-mêmes quand il s’agit de faire un achat impulsif).

Rappelle-toi, la règle d’or : Si tu veux qu’un comportement se reproduise de façon constante et facilement, il faut faire en sorte qu’il soit le plus pratique possible et fasse le moins possible appel à ta volonté.

Voici comment appliquer la règle d’or à notre habitude de mettre de l’argent régulièrement de côté SANS y toucher.

  1. Ouvre l’application de ta banque qui est sur ton mobile. Tu y trouveras une option prendre rdv avec un conseiller.
  1. Prends rendez-vous avec ton conseiller.
  1. Dis-lui que tu aimerais ouvrir un Compte PEL (Plan Épargne Logement). Ce type de compte contrairement à un livret A ou un livret jeune t’empêche de retirer l’argent qui est dessus comme tu veux. Pour pouvoir toucher à cet argent à nouveau, tu dois faire un courrier à ta banque pour qu’elle puisse clôturer ce compte et retransférer l’argent sur ton compte courant. Autrement dit, tu te préserves de la tentation d’aller taper dans tes économies. C’est personnellement ce que je fais désormais. Tu n’es pas obligé aussi de mettre sur ce compte que de l’argent destiné à acheter un appart. Tu peux le garder pour ton mariage, un voyage, une voiture, bref ce que tu veux. Ce compte ne rapporte que dalle en intérêt. Ce n’est pas un véhicule pour devenir riche. Ce qui nous intéresse dans ce genre de compte c’est qu’il prélève notre argent automatiquement et le protège de nos désirs impulsifs.
  1. Décide de la somme que tu veux mettre de côté. Chaque mois la banque prélèvera cet argent sur ton compte dès que tu es payé. Prends une somme qui te semble raisonnable et qui ne te met pas trop dans le mal. Tu peux toujours voir ton conseiller plus tard, pour qu’il augmente ce montant ou le réduise.

Tu vois ? On vient d’appliquer la règle d’or à cette habitude. Ta volonté est très peu sollicitée. Et on a rendu cela le plus pratique possible. Tu as fait le travail une fois, et chaque mois tu mettras de côté la somme que tu souhaites que tu le veuilles ou non.

Et là logiquement tu peux te dire ceci : “Et si certains mois, j’ai des dépenses qui dépassent ce qu’il me reste ?”

Peur logique et légitime. Je l’ai eu aussi. Mais je tiens à te rassurer. La Loi de Parkinson continue toujours de fonctionner.

Une fois que tu ne verras plus cet argent que tu économises, tu finiras par t’y faire. Ça sera comme le prélèvement à la source et toutes les cotisations que tu vois sur ta fiche de paie. Tu te feras ce que le gouvernement te fait déjà.

Est-ce que quand tu es à court d’argent, tu pars vois les impôts pour qu’ils te redonnent ce que tu leur a payé ? Probablement non. Ça sera comme ça.

Lire régulièrement un bon livre.

Très souvent on sait tous les bienfaits de la lecture d’un bon livre, mais soit on oublie de le faire, soit on ne se sent pas chaud des fois à le faire.

Voici comment utiliser la règle d’or pour y arriver :

  1. Choisis le moment le meilleur moment pour toi de le faire. Ce moment varie pour chacun d’entre nous. Je lis que les soirs en général. Ç’a évolué avec le temps, car mon planning a évolué avec le temps. Je n’ai plus les mêmes responsabilités et programmes que quand j’avais 18 ans. Ce timing n’ira pas à tout le monde. Il n’y a pas de meilleur timing réellement. Juste celui qui te convient. Faut que ça reste pratique pour toi. J’ai des lecteurs par exemple, qui écoutent leurs livres dans leur voiture ou dans les transports, car c’est plus pratique pour eux. Je trouve ça moins pratique, car je suis un formateur en ligne et j’ai besoin de prendre des notes de ce que j’apprends.
  1. Comprends que tu n’as pas à le faire forcément toujours à la même heure et au même moment de la journée. Sois indulgent avec toi-même les jours où tu n’y arrives pas. Ces jours arriveront forcément, adapte-toi du mieux que tu peux.
  1. Donne-toi un rythme de lecture qui semble dans tes cordes. J’ai bien dit, dans TES cordes. Pas dans les cordes des gurus que tu suis sur internet. Au cas où si tu l’ignorais, je tiens à te dire qu’il n’existe aucune récompense pour ceux qui lisent le plus de livres au monde. De plus, selon l’auteur du best-seller The Personal MBA, il y a 800 000 livres environ qui sortent chaque année rien que dans la catégorie développement personnel. Pour tous les finir il te faudra plus de deux vies. Il vaut mieux lire peu de livres, bien les comprendre et les utiliser que de lire beaucoup et de devenir qu’un théoricien. Je sais qu’ils t’ont bourré le crâne avec des slogans comme “les leaders sont des lecteurs” ou “lire délivre”. Ces phrases sont justes, mais incomplètes. Ce qui te délivre ou te transforme en leader, ce n’est pas que de lire, mais aussi d’utiliser le matériel mis à ta disposition. C’est surtout ça qui font d’eux des leaders. Don’t fool yourself !
  1. Place ton bouquin à un endroit où tu ne pourras pas le louper. Nos journées sont crazy parfois. On peut donc oublier notre alarme ou notre rappel dans l’agenda. Perso, je laisse mon livre sur le coussin de mon lit. Je vais aller forcément me coucher dans la journée. Donc je n’ai aucun risque d’oublier de lire au moins une ou deux pages avant d’aller dormir. C’est toujours mieux que zéro.

Est-ce que tu commences à comprendre comment te servir de la règle d’or pour arriver à tes fins ?

NOTE : L’ idée ici n’est pas forcément de copier-coller ce que je te dis. Mais de comprendre comment ça fonctionne. Après tu peux twister la chose comme tu le souhaites. Si le plan que j’ai détaillé te va parfaitement libre à toi de le garder ainsi. Sinon twiste. !

Développer une habitude peut sembler obscur à première vue, mais quand on est bien guidé et qu’on commence à s’intéresser à comment nous les humains on fonctionne, on peut modifier son attitude plus facilement.

Voici pourquoi au lieu de te dire directement fais X, Y Z, je prends mon temps pour t’expliquer toujours l’aspect psychologique des choses.

Mon but c’est que tu deviennes à terme autonome et non que tu dépendes à vie de moi et de mes idées. Et je crois que tu vas y arriver en comprenant davantage comment tu fonctionnes. Du moins, je ferai tout ce qui est mon pouvoir pour que tu y arrives.

Plus tu te comprendras et plus tu connaîtras les leviers à utiliser et plus tu finiras pas réaliser qu’il y a beaucoup de choses qui sont en fait plutôt simple dans la vie.

Voilà c’est tout pour cet épisode.

Si tu as envie d’aller plus loin, pour te créer des habitudes que tu vas suivre sur le long terme et tout en te faisant plaisir, alors je t’invite à utiliser le formulaire ci-dessous et à télécharger gratuitement mon livre sur le sujet.

Ce livre a été lu et téléchargé des dizaines de milliers de fois au moment où j’écris ces lignes.

D’ici là, sois sage. Porte toi bien.

À très vite,

Avec ♥️,
Toütep