fbpx

Écoute ça, si tu te sens perdu dans la vie OU si tu n’as pas le moral.

Tu préfères l’écouter sur Apple Podcasts ? Clique ici.

Tu préfères l’écouter sur Spotify ?  Clique ici

Tu préfères l’écouter sur Deezer ? Clique ici.

Transcription du podcast

Aujourd’hui, on ne va pas parler d’habitudes ou de confiance en soi.

Mais ça va être un épisode à caractère inspirationnel.

Si tu écoutes ce podcast, tu fais alors partie de cette minorité de personnes qui ont décidé de vivre une vie sur mesure.

Tu fais partie de ces personnes qui ont refusé d’avoir une vie prête à porter.

Tu as des rêves que tu veux réaliser. Tu as des objectifs qui te tiennent à coeur que tu veux atteindre.

Et chaque jour tu te donnes les moyens pour y arriver.

Mais très souvent au cours de notre processus qu’on soit au début, au milieu ou vers la fin, on a un petit coup de mou.

On peut se décourager et devenir un peu négatif, car on ne voit pas les résultats aussi vite qu’on le voulait.

Parfois la vie ne prend pas la tournure qu’on espérait. Et des fois on peut vouloir abandonner.

Aujourd’hui, je tiens donc à te raconter une petite histoire pour t’encourager, t’inspirer et te pousser à ne pas baisser les bras pour de bon.

Écoute et réécoute cet épisode autant de fois que tu auras envie.

J’adore raconter des histoires inspirantes et j’adore en lire, car par expérience, ça aide à développer une force mentale. Ça nous aide à voir qu’on n’est pas tout seul dans notre processus.

Ça nous aide à prendre de la hauteur face aux obstacles et ça donne davantage de courage.

Je trouve qu’il y a quelque chose d’assez encourageant et réconfortant de voir que les personnes qu’on admire eux aussi ont eu des challenges et ont réussi à les surmonter.

Maintenant rentrons dans le vif du sujet.

Je ne sais pas ce que tu faisais exactement le 12 juillet 1998, mais que tu sois un fan de foot ou non, c’est une date dont tu te souviens ou dont tu as forcément entendu parler.

C’est le jour où les bleus sont devenus champions du monde pour la 1ère fois.

Perso je me rappelle que je regardais la finale en famille.

Mais sais-tu où Didier Drogba était lors de cette finale ?

Selon son autobiographie, il était dans son studio, assis sur son clic-clac avec une boîte de pizza posée sur ses genoux.

Il avait à l’époque 20 ans et était en train de tout faire pour réaliser son rêve : devenir footballeur pro.

Et là devant lui, il y avait un certain Thierry Henry, un autre jeune de 20 ans comme lui en train d’embrasser le trophée le plus prestigieux pour un footballeur.

Seuls les vrais se souviennent de cette époque.

Oui ! Je parle bien de CE Didier Drogba qui est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs attaquants du monde.

La plupart des gens l’ignorent, mais Didier Drogba est un des rares joueurs à avoir défié l’ordre des choses dans le monde du football.

En général dans le football, il y a deux options :

  • Soit tu exploses dès ton jeune âge (ex des joueurs comme Mbappé, Neymar, Messi, Ronaldo, etc.)
  • Soit tu n’exploses pas du tout et tu restes un joueur de second plan.

Drogba par contre, a explosé à 26 ans et a eu un parcours assez tortueux.

Tu te dis, que connaître le succès à 26 ans ça va ? Dans la vie en général oui. Mais pour un athlète non. Explosé à 26 ans dans le foot c’est “un peu tard”.

Mais, là je vais un peu trop vite. Revenons quelques années en arrière.

Peu de gens le savent, mais Didier Drogba a failli jouer pour le PSG et non pour L’Olympique de Marseille.

Après avoir tourné dans des clubs amateurs, il a eu l’opportunité de sa vie (en tout cas c’est ce que ça représentait pour lui à l’époque). Il a tapé dans l’oeil des recruteurs du PSG.

OK à cette époque, le QSG (pardon le PSG. C’est mon côté supporter du FC Barcelone qui ressort) n’était pas le très grand club qu’il est maintenant. Mais c’était quand même l’une des meilleures équipes de la Ligue 1.

Drogba avait rendez-vous pour signer son 1er contrat pro.

Ce qui représente pour un joueur de foot, un changement radical de vie.

Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu…

Les gars avec qui il avait rendez-vous au PSG l’ont mis dans une salle et il a entendu des heures sans que personne ne vienne.

Après la 1ère heure d’attente, sa dignité avait pris un sérieux coup.

On est d’accord que c’est inadmissible que quelqu’un te donne un rendez-vous pro et qu’il te fasse attendre pendant 1h sans te prévenir.

Mais à l’époque c’était juste un jeune qui avait quitté son pays pour réaliser son rêve de devenir un joueur pro.

Ses parents auraient préféré qu’il devienne plutôt avocat ou un truc du genre. Mais, il avait choisi sa voie.

Même si c’était un vrai manque de respect, il a pris sur lui et est resté une heure de plus.

Il était tiraillé entre préserver sa dignité ou attendre là comme un désespéré.

Ce n’était pas une situation facile à gérer. Il ne pouvait pas partir et laisser filer cette opportunité de signer un contrat pro avec le PSG. C’est le genre de choses qui n’arrivent pas tous les jours dans la vie.

Il était à 1 signature d’être millionnaire quand même.

2h plus tard, toujours rien. Personne n’est venu dans la salle ne serait-ce que pour lui dire “Désolé ! On va devoir reporter le rendez-vous”.

C’est là qu’il a décidé ceci…

Il a décidé de choisir sa dignité et est parti de la salle sans avoir la certitude qu’il allait ravoir une opportunité de la sorte.

Quand tu mets les choses en perspective, tu réalises qu’il faut avoir une sacrée paire de couilles et avoir foi en ses chances de trouver mieux pour laisser filer une opportunité comme jouer au PSG.

Mais quelques années plus tard, son choix de faire confiance en la vie lui a été plus que bénéfique…

Il a réussi à signer un contrat pro. Il a joué pour Guingamp, l’Olympique de Marseille et sa carrière s’est soudainement accélérée.

Il s’est retrouvé dans le même championnat que Thierry Henry et a terminé à deux reprises meilleur buteur du championnat anglais, l’un des championnats les plus relevés du monde.

Il a gagné plusieurs titres dont la prestigieuse Ligue des Champions au court d’un match digne d’un vrai ascenseur émotionnel.

Didier Drogba juste en train de tirer le penalty
qui offre à son club Chelsea sa 1ère Ligue des champions.

Il a remporté deux ballons d’or africain et il a laissé des souvenirs mémorables à tous les supporters des équipes où il est passé.

Je partage cette histoire avec toi, car la carrière de Didier Drogba renferme plusieurs leçons que nous pouvons tous incorporer à notre propre vie.

Je vais t’en partager une :

Tu n’es pas du tout en retard

Tu vois, nous les humains nous sommes assez sensibles à la pression sociale.

On aime naturellement se comparer aux autres. Il n’y a rien d’anormal à ça. Mais très souvent ça nous joue des mauvais tours.

Nous sommes soumis aussi aux lois invisibles de la société dans laquelle on vit.

Je m’explique. Dans chaque société, il y a un critère “standard” de réussite.

Par exemple, la société en général s’attend à ceci de ta part :

  • Trouver un job dans les mois qui suivent tes études. Si tu ne le fais pas, tu es en retard.
  • Fonder une famille une fois que tu te rapproches de la trentaine, si tu ne le fais pas, tu es en retard.
  • Devenir propriétaire passé un certain âge, si tu ne le fais pas, tu es en retard.
  • Avoir des enfants passés un certain âge. Si tu ne le fais pas, tu es en retard.
  • Devenir millionnaire ou indépendant financièrement passé un certain âge. Si tu ne le fais pas, tu es en retard.
  • Finir tes études à un certain âge. Si tu ne le fais pas, tu es en retard.

Ces lois ne sont écrites officiellement nulle part. Voici pourquoi je les qualifie d’invisibles. Mais, on les a un peu tous à l’esprit.

C’est ce qui fait qu’on a tendance à se sentir mal vis-à-vis de nous-mêmes, quand par exemple, on recroise un ancien ami d’école qui est un peu plus avancé que nous dans la vie.

Ou quand on traîne sur LinkedIn et qu’on tombe par hasard sur le profil d’un ancien camarade qui semble avoir une meilleure carrière que la nôtre.

Beaucoup d’entre nous se comparent systématiquement aux autres pour évaluer leur progrès dans la vie. Il n’y a rien d’anormal à ça en soi. Cela fait partie de la nature humaine.

Mais voici la vérité : nous n’aurons pas tous le même parcours.

Certains seront des Thierry Henry et d’autres seront des Didier Drogba. (Et il n’y a rien de mal à être un Thierry Henry ou un Didier Drogba)

Par exemple :

  • Certains vont trouver leur raison d’être très jeune, d’autres vont la trouver après 40 ans.
  • Certains vont trouver du travail à la sortie de leurs études, d’autres vont mettre un peu plus de temps.
  • Certains vont connaître la réussite immédiatement dans leur business, d’autres vont y arriver à la 2ème ou 3ème tentative.
  • Certains vont avoir des enfants très jeunes. D’autres vont l’avoir vers la quarantaine après plusieurs tentatives.

Nous n’aurons pas tous le même parcours.

Tout comme toutes les graines ne sont pas pareilles et ne grandissent pas à la même vitesse, nous les humains, nous n’aurons pas forcément le même parcours.

Mais voici la punchline : Ce n’est pas parce que ton parcours n’a pas commencé ou ne se déroule pas comme celui des autres que tu ne vas pas y arriver.

Thierry Henry a démarré sa carrière directement par une coupe du monde comme Mbappé.

Mais Didier Drogba a explosé beaucoup plus tard (à 26 ans) et tous les deux ont fini par se retrouver au même niveau dans le foot et sont reconnus aujourd’hui comme faisant partie des meilleurs attaquants du monde.

D’ailleurs tout comme Thierry Henry, Didier Drogba a été élu
meilleur joueur de l’histoire de son club (Chelsea).

Nous n’aurons pas forcément le même parcours. Parfois (en tout cas c’est ce que j’ai pu expérimenter et tu retrouves cela dans de nombreuses biopics, biographies et autobiographies), on va être amené à faire des détours dans notre parcours.

Mais, il ne faut pas voir ces détours comme des pertes de temps ou se dire qu’on est perdu dans la vie.

TOUS les détours ont une raison précise d’être.

  • Soit, ils vont te rediriger vers de meilleures opportunités
  • Soit, ils vont t’aider à développer une expérience, une compétence ou des qualités dont tu auras besoin plus tard.
  • Soit, ils vont faire en sorte que ton parcours inspire quelqu’un d’autre sur la planète tout comme tu viens d’être inspiré par celui de Didier Drogba.

Mais le truc, avec ces détours, c’est qu’on ne se rend pas toujours compte qu’ils sont salutaires quand ils nous arrivent. Pour la simple et bonne raison que la plupart d’entre nous voient la vie ainsi : soit c’est blanc, soit c’est noir. Si ça produit de la douleur alors c’est négatif. Si ça produit du plaisir alors c’est positif.

Fumer par exemple produit du plaisir, mais même ceux qui fabriquent des cigarettes prennent le soin de nous avertir que ça peut nous tuer ou nous causer de grands ennuis à la longue.

Donner naissance engendre de la douleur, des vomissements, des vertiges, etc. Mais toutes les femmes qui l’ont déjà fait peuvent te dire que le plaisir qu’on a à la fin est indescriptible.

Tout n’est pas noir ou blanc dans la vie. C’est pareil pour les détours que tu prendras.

Garde cela à l’esprit tout au long de ton processus : tu n’es pas en retard. Ce n’est pas parce que ton parcours n’a pas commencé ou ne se déroule pas comme celui des autres que tu n’y arriveras pas à ton tour.

Fais-toi confiance. Aie confiance en tes chances de réussir. Et surtout, aie confiance que ces détours t’emmèneront d’une façon ou d’une autre vers là où tu souhaites (et parfois vers une meilleure destination) comme ça été le cas de Didier Drogba et de nombreuses autres personnes avant lui.

Voilà c’était tout pour cet épisode. Je te remercie de l’avoir suivi jusqu’au bout.

À très vite,

Avec ♥️,
Toütep